EKELESIA WA NZAMBI LELU NTSHINYI ?

Mei a Kumpala

Michael Hardt

Muntu yonso wa munkatshi mua aba bakamana kudifila kudi Yesu Kilisto, udi ujinga buobumue ne bana ba Nzambi bakuabu. Kadi, patudi tutangila lelu, udi bena kilisto babungi bamuangalaka mu idi ibikidibua ne ekelesia ya bungi ne mu tusumbusumbu tuabungi tudi ne mena mashilashilangane (ba méthodiste, ba batiste ba pentekotiste cadeco...), tshia kuenza ntshinyi mu ngikadilu wa mushindu eu?

Bua kufila diandamuna ku lukonko elu, ludi babungi badiebeja kabidi lelu, bidi bitamba buimpe bua kuanji kukeba kumanya meshi a Nzambi ku tshidi tshitangila ekelesia anyi (disangisha [1]: mu tshibikidilu tshikuabu). Wakatufundila meshi andi aa mu mukanda wandi (Bible). Muomu emu, udi utulesha diambedi tshidi Ekelesia wa Nzambi, ne utulesha bua kulonda, mushindu kayi udi bena kuitabusha mua kudisangisha.

Kupitshila ku Makonka, ne mandamuna adi ne mei matshintshikila, ndi musue, kulesha tshidi dî dia Nzambi dituambila pa bualu bua Ekelesia. Ndi mutuishibue mu mutshima wanyi ne, tshikoso etshi tshia mei tshidi tshitupangisha bua kubuela mu ndondo ne kabujima ka diunvuija dia tshiena bualu tshionso; kadi misangu mikuabu tshikoso tshia mandamuna aa, netshipeshe mubadi yonso dijinga dinene ne kutabulusha meshi andi bua kubuela padiye musue, mu ndondo wa tshiena bualu ne tshiena bualu tshionso.

  1. L’Eglise aujourd’hui…
    1. Que signifie le mot «Eglise»?

Le mot grec «ekklesia» signifie «appelés hors de», ou autrement dit «assemblée». L’Eglise n’a rien à faire avec le monde. Elle est céleste, appelée hors du monde pour appartenir à Christ.

Muaku eu « ekelesia » udi unvuisha tshinyi ?

Mu buena gelika muaku « ekklesia » udi mukudimuna bu ekelesia anyi disangisha, anyi nsangilu, udi unvuisha « bapatula (ku dibikila)  mu… ». Nunku, Ekelesia wa Nzambi, kipatshila kende kakena ka pa buloba nansha. Udi ne dibikila dia mu diulu, mupatudibuemu mu ba pa buloba bua kuikala wa Kilisto.

  1. Qu’est-ce que l’Eglise?

La parole de Dieu ne connaît qu’une Eglise (ou: Assemblée). Cette Eglise est constituée de tous les croyants, chrétiens qui ont cru l'évangile du salut (Eph. 1, 13). Ils ont été unis ensemble en un seul corps, non pas en devenant membre d’une organisation, mais par le Saint Esprit (Acts 2, 47; 1 Cor. 12, 13 et Eph. 1, 23).

               

Ekelesia idi bungi munyi?

Dî dia Nzambi didi dimanye anu Ekelesia umue. Ekelesia eu umuepele, udi bukua bana ba Nzambi buonso ba buloba bujima, baledibue tshiakabidi, bakitabusha pakunvuabu lumu luimpe lua lupandu luabu (Efeso 1: 13).

Bakasangishibua buonso buabu ku bukole bua Nyuma muimpe, bua kuikalabo mubidi umue, ke bua kuikala tshitupa tshia bulongodi kampanda nansha: (ba pentekotiste ba batiste…) (Bienz. 2, 47; 1Kol. 12,13 n” Efes. 1.23).

  1. Quand l’Eglise a-t-elle commencé?

L’Eglise (ou: Assemblée) a commencé le jour de la Pentecôte, 50 jours après la résurrection du Seigneur (Actes 2).

 Ekelesia udi mubangishe tshikondo kayi?

Ekelesia udi mubangishe tshikondo tshia Pentekoste dituku dia kapueka Nyuma Muimpe, matuku 50 mamane kupita, kunyima kua dibika dia Mukelenge.

·pourquoi pas avant?

L’Eglise (ou: Assemblée) ne pouvait pas commencer plus tôt, parce que Christ devait mourir, ressusciter et être glorifié, avant que le Saint Esprit puisse venir (Jean 7, 37-39). En Matthieu 16 c’est encore futur: «sur ce roc, je bâtirai mon assemblée» (v. 18).

 Kadi mbua tshinyi kakadiku(ekelesia) kumpala kua dituku adi ?

 Ekelesia kakadi muanze  kubanga lukasa kumpala bualu bua, biakadi bikengela bua Kilisto afue diambedi, abike, (ku lufu luandi ne dibika, akumbashe mudimu wa bupikudi) ne kunyima atumbishibua, kumpala kua Nyuma Muimpe kupueka pa buloba ((Yone 7. 37-39). Mu Matayo 16 budi bualu budi bulua kumpala: “pa dibue edi nengibake Ekelesia wanyi” ‘nv. 18)

·pourquoi pas plus tard?

L’Eglise a effectivement commencé le jour de la Pentecôte en Actes , parce que nous lisons à la fin du chapitre que «le Seigneur ajoutait tous les jours à l’assemblée ceux qui devaient être sauvés.»

mbua tshinyi kakadi(ekelesia) mua kuledibua kunyima ?

Ekelesia bulelela, wakaledibua dituku dia Pentekoste mu Bienzedi 2, bualu bua tudi tubala kundekelu kua shapita ne : “ ku dituku ku dituku,Mukelenge wakadi usangishasha kudibo (bena ekelesia), bakuabo bakadi basungidibua..

  1. L’Ancien Testament parle-t-il de l’Eglise?

Non. Le mystère de Christ et de l’Eglise n’avait pas été ‘donné à connaître’ jusqu’alors (Eph. 3, 5). C’est l’apôtre Paul qui a eu la mission de le communiquer (Eph. 3, 2, 7, 8). 

L’Ancien Testament évoque seulement des types de l’Eglise (par exemple Rebecca). Mais personne ne peut reconnaître la vérité de l’Eglise par ces images – sans la lumière du Nouveau Testament.

Dipungila dikulukulu didi diakula bua “Ekelesia” anyi?

Nansha kakese. Mukanda wa Nzambi udi wamba ne, mbualu busokoka bua Kilisto ne Ekelesia kabuakadi “bumanyishibua” mu bikondo bikuabo (Efeso 3: 5).

                  

Mupostolo Paulo ke wakapeshibua mudimu wa kubumanyisha. Udi wamba bua bualu buandi nkayandi ne: “kundi meme, udi mutambe bansanto buonso kupuekela, bakampa ngasa eu bua meme kuambila ba bisamba bia bende bua bubanshi bua Kilisto budibo kabai bamanye mua kuidikisha, ne bua kumuenesha ku mesu kua bantu buonso dilonga dia bualu buakadi busokoka” (Efeso 3: 8, 9). Dipungila dikulukulu didi diakula bualu bua Ekelesia anu mu mindidimbi (bu tshileshelu mu Eva[1], mu Lebeka[2]). Kadi – katuyi ne dibuluibua dia dipungila dipia-dipia, muntu nansha umue kakadi mua kumanya mu mindidimbi ei bulelela bua Ekelesia.

  1. Qui compose l’Eglise (ou: Assemblée) aujourd’hui?

Tous ceux qui croient l’évangile de leur salut (Eph. 1, 13) – ceux des juifs et ceux des nations. Ils sont ainsi unis ensemble en un seul corps (1 Cor. 12, 13).

Badi benza Ekelesia mbanganyi? Anyi:

Buonso badi bitabusha ku lumu luimpe lua lupandu luabu, ku ditabusha” (Efeso 1: 13). Bena yuda ne bena gelika bakamana kuasangishibua mu mubidi umue (1 Kol. 12, 13).

  •  

                                                                                                   

  1. Comment en devenir membre?

Il n’y a rien à faire. Si vous êtes un vrai croyant, vous êtes déjà membre de «l’Eglise (ou: Assemblée) du Dieu vivant», la seule Eglise (ou: Assemblée) reconnue dans le Nouveau Testament. Il n’est nul besoin de se «joindre» à quelque leader ou à quelque groupement que ce soit. Un vrai croyant est membre du corps de Christ (1 Cor. 12, 12, 13).

mushindu kayi wakulua tshitupa tshia mubidi wa Kilisto?

Kakuena bualu kampanda bukuabu bua kuenza to. Pa udi mumane kuitabusha , ukadi mumane kulua tshitupa tshia “Ekelesia(anyi nsangilu) wa Nzambi udi ne muoyo” mumanyike mu dipungila dipia-dipia. Kabuena bualu bua kudilamatshisha kudi mukokeshi kampanda (leader) nansha, anyi ku tshisumbu tshia bantu. Muena kuitabusha mulelela udi tshitupa tshia mubidi wa Kilisto (1Kol. 12, 12, 13).

  1. Pourquoi le Nouveau Testament utilise-t-il des images pour décrire l’Eglise?

Comment expliquer à un pygmée de la forêt équatoriale – qui n’a jamais vu un avion – ce qu’est un avion? On ne peut éviter d’utiliser des images, par exemple lui dire qu’un avion c’est un grand oiseau, mais en métal, et qui ne peut pas atterrir sur les arbres, et boit de l’essence etc. Cela pourra donner une idée au pygmée de ce qu’est un avion. De la même manière Dieu utilise des choses qui nous sont familières (corps, épouse, maison) pour nous expliquer ce qu’est l’Eglise.

Bua tshinyi dipungila dipia-dipia didi diangata mindidimbi bua kunvuija Ekelesia ?

Mushindu kayi wa kunvuisha Kayeke (pygmée) ka mu ditu dinene tshidi ndeke (avion), padiye kayi muanze kumumanya?

Anu bangate mundidimbi wa tshintu tshidiye mumanye bimpe, nunku tudi mua kumunvuisha tshidi ndeke. Bua kumunvuija ndeke tudi mukuangata misangu mikuabu tshilejelu ne, ndeke udi ufuanangana ne Nyunyi munene, kadi yeye udi mu tshiamua ne kena mua kuikila pa mitshi nansha, udi unua anu Essence pa muaba wa mai,…Ebi bidi mua kupesha mutua eu lungenyi nasha lukese, pa ngikadilu wa ndeke.

Mushindu umue kabidi udi Nzambi wangata bileshelu itudi bamanye bimpe (tshileshelu: Ekelesia udi mubidi, udi mukashi, wa nzubu) bua kutunvuisha tshidi Ekelesia muikale).

 

  1. Que veut-on dire par…

(1) l’Eglise est le corps de Christ?

Quand Dieu présente l’Eglise comme un corps, cela indique (voir 1 Cor. 12)

  • que nous sommes tous différents comme membres du corps, et que nous avons des fonctions différentes,
  • qu’il y a unité, exactement comme les membres d’un corps travaillent ensemble dans l’unité,
  • et le plus important, Christ est la tête, ou chef de ce corps (voir Q 3.10).

 

Tshidibu basue kuamba ku…

  •  

Padi Nzambi wakula bua Ekelesia bu mubidi bidi buinvuija ne :

-Tudi bonso bashilanganene bu bitupa bia mubidi ne tudi ne midimu mishilangane

-kudi buobumue, bulelela bu mudi bitupa bia mubidi bienza mudimu mu buobumue,

-ne bualu budi butambe mushinga budi ne, Kilisto udi mutu (nfumu) wa mubidi (utangile Q.3.10).

(2) l’Eglise est la maison de Dieu?

Dans une maison tout est ordonné de manière à plaire au chef de la maison. Ainsi dans la maison de Dieu:

  • un ordre selon Dieu est à respecter (1 Tim. 3, 15)
  • la gloire doit lui être rendue (Ps. 26, 8)
  • tout doit être en accord avec sa sainteté (Ps. 93, 5).

 …Ekelesia bu Nzubu wa Nzambi ?

Mu nzubu yonso, malu adi malongola bilondeshele disua dia nfumu wa nzubu. Ke mudi bua nzubu wa Nzambi.

  • Bulongolodi bilondeshele diisua dia Nzambi budi ne bua kunemekibua (1Tim. 3 , 15)
  • Butumbi buikale buende nkayende ( Mis. 26, 8).
  • Bionso bikale bia tshila ( Mis. 93, 5).

The above references from the Psalms apply, of course, to God’s house in the Old Testament but they show that glory and holiness are connected with the thought of the house of God. The church is the dwelling place of God today (Eph. 2:19-22).

(3) l’Eglise est l’épouse de Christ?

L’épouse est en relation avec les affections and an exceedingly close, exclusive and indissoluble relationship (Gen. 2:24). Cette image de l’épouse appliquée à l’Eglise montre qu’il y a une relation d’amour entre Christ et l’Eglise (Eph. 5, 25). Les affections de l’Eglise ne doivent pas être partagées, mais doivent être réservées à Christ seul (2 Cor. 11, 2). Et l’épouse a un seul grand désir: que son époux vienne! «Amen, viens Seigneur Jésus» (Apoc. 22, 17, 20).

        …Ekelesia bu Mukashi wa Kilisto ?

Mukaji udi mu malanda ne majinga mashemakane. Tshinfuanyi etshi paditshi tshiakula bua Kilisto ne ekelesia, tshidi tshileja dinanga didi  Kilisto nadi kudi ekelesia (Efes. 2. 25). Ne ekelesia kena mua kuabanya dinanga, anyi dikokela diende kudi kilisto ne tshintu tshikuabu nansha, kadi didi ne didi ne tshia kuikla anu bua Kilisto (2Kol. 11, 2). Ne mukaji udi anu ne dijinga dimue dia : dia mulume wende kulua “ Amen lua Mukelenge Yezu (Buak. 22, 17, 20).

  1. Que veut-on dire par l’expression «l’église de Dieu à tel endroit»?

Il faut comprendre que le corps de Christ a un aspect universel (Eph.1, 23) et un aspect local (voir 1 Cor. 12, 27) – qui nous occupe ici. L’assemblée locale est l’expression locale de l’Eglise (ou: Assemblée) universelle.

L’église (ou: assemblée) à tel endroit ou telle localité, comprend donc tous les croyants de cette localité. Cela fait partie de l’Eglise de Dieu (voir Q 7.2).

L’église (ou: assemblée) à tel endroit était autrefois (au temps du Nouveau Testament) facile à voir, parce que tous les chrétiens se réunissaient ensemble en un même lieu. Ils étaient connus, et même les incrédules n’osaient pas se joindre à eux (Actes 5, 13). S’ils étaient trop nombreux pour se réunir en un lieu, ils se retrouvaient dans des maisons différentes, mais ils le faisaient en communion les uns avec les autres.

Aujourd’hui, les choses sont plus compliquées (mais les principes divins demeurent). En effet, les hommes ont formé des églises, des organisations, des sectes, etc. en introduisant la nécessité d’en devenir membre (ce qui est autre chose qu’être membre du corps de Christ). Dès lors, comment est-il possible de «voir» ou de «montrer» l’Eglise (ou: l’Assemblée) de Dieu en un endroit donné aujourd’hui? Ce n’est qu’en se réunissant sur la base de l’Ecriture avec tous ceux qui sont prêts à faire de même, mais sans oublier que ceux qui se réunissent ainsi ne forment pas toute l’Eglise en un lieu donné.

  Tsiambilu tshia « Ekelesia wa Nzambi udi muaba kampanda » tshidi tshisuakuamba tshini ?

Bidi bikengela kumanya ne mubidi wa Kilisto udi ne tshimuenenu tshia buloba bujima (Efes. 1,  2 »), ne tshimuenenu tshia kaba kamue (1Kol. 12, 27) – tshitudi natshi bualu apa. Ekelesia wa kaba kamue udi tshimuenenu tshia Ekelesia wa buloba bujima.

Nunku ekelesia (anyi nsangilu) wa kaba kampanda, udi usangisha bana ba Nzambi buonso badi basanganyibua mu musoko au. Nsangilu eu udi tshitupa tshia ekelesia wa Nzambi (tangila Q. 7. 2).

Matuku makuabu mashale, (mu tshikondo tshia dipungila dipia-dipia) biakadi bipepele bua kumona ekelesia (anyi nsagilu) udi muaba kapanda. Bualu bua bena kilisto buonso bakadi badisangisha mu muaba anu umue. Bakadi namanyike  buonso buabu. Wakadi kayi muena ditabusha ; kakadi ne bukitu bua kudisangisha kudibu nansha (Bienz. 5, 12). Pakadibu bavulangana mu muaba umue au, bakadi badisangisha mu nzubu mishilashilangane, kadi bakadi benza malu mu buobumue munkatshi muabu.

Kadi  matuku aa, malu adi mabuelekane ( kadi nmalongeshaa Nzambi adi ashala muomumue). Bantu bakamana kuenza bidibu babikila ne ekelesia, bisumbu bisjilashilangane, ne bulongolodi ne malu makuabu, babueja ne mushinga munene wa mushindu wa kulua tshitupa tshia bulongolodi ebu (bishilangane ne kuikala tshitupa tshia mubidi wa Kilisto) Kubangila mu matuku au, mushindu kayi mukumbane wa « kumona » anyi wa « kuleja »  ekelesia anyi (nsangilu wa Nzambi udi mu muaba kampanda lelu ? Anu mu kudisangisha bilondeshele mifundu udi ya tshijila, popanue nebuonso badi badilongolole bua kuenza nunku, kadi katuyi tupua muoyo ne aba badi badisangisha mu muaba au, kabena nkayabu benza ekelesia wa buloba bujima to.  

  1. Que signifie être «réunis au nom du Seigneur»?

Un chrétien désire, en principe, tout faire au nom du Seigneur, y compris manger et boire (Col. 3, 17). Mais si l’on veut se réunir en son nom (Matt. 18, 20), il faut que le Seigneur soit le centre du rassemblement, et qu’il puisse tout diriger et être le centre de notre attention. On ne peut être réuni au nom du Seigneur que si l’on reconnaît son autorité. En résumé:

  1. Là où – l’endroit choisi par Dieu (Deut. 12)
  2. deux ou trois – pour qu’un témoignage suffisant soit rendu à Christ
  3. sont réunis – ils le sont par la puissance divine (celle du Saint Esprit)
  4. réunis – selon une unité divine
  5. en mon nom – le nom divin de Christ est le nom qui rassemble
  6. je suis là – la présence de la personne divine
  7. au milieu d’eux – le centre divin.

En conclusion: pour se réunir selon Matthieu 18, il faut que

  • … le Seigneur soit le centre
  • … le corps du Christ soit la base, et
  • … l’autorité du Seigneur soit reconnue dans la
         séparation du mal.

« kudisangishe mu dina dia Mukelenge » kudi kunvuisha tshinyi ?    

 

Muena kilisto, udi muntu udi ujinga kuenza malu onso mu dina dia Mukelenge; Mukanda wa Nzambi udi wamba : mu kudia ne kunua: “malu onso anudi nuenza ne mu meyi, ne mu bienzedi, enzai onso mu dina dia Mukelenge Yesu” (Kol. 3. 17).

Momumue kabidi bituikala basue kudisangisha mu dina diandi, bidi bikengela bua kudisangisha mu disua diandi, bilondeshele mudiye nkayende musue, nunku Mukelenge neikale munkatshi mua kudisangisha kuetu. Yeye nkayende udi ujadika ne meyi aa ne: “muaba udi babidi anyi basatu badisangisha mu dina dianyi, ndi munkatshi muabu” (Mat. 18.20). Kuikala kuandi munkatshi muabu kudi kunvuisha ne, bulombodi buoso budi kudiye kupitshila ku Nyuma Muimpe, butudi nambu mbua mu malu onso kuindila ne kuteya ntema yetu kudiye. Tudi mua kuamba ne tudi badisangishe mu dina diandi, anu patudi tuitabusha bukokeshia buandi.

Matayo 18 : 20 udi ulesha ngikadilu minene ya nsangilu bu ekelesia :

  • « Muaba udi » muaba udi nzambi musungule (Dutel. 12) ;
  • « babidi anyi basatu » : nomba mukese udi Nzambi musungule bua bumanyishi bufidibue kudi Kilisto ;
  • « ekelesia wanyi » : Bukole bua Nzambi (Nyuma Muimpe) udi usangisha bena kuitabusha ;
  • « badisangishe » : buobumue bua Nzambi, bumanyishe kudi Nyuma Muimpe ;
  • « mu dina dianyi » : Dina dia bu Nzambi dia Yesu Kilisto didi disangisha;
  • ndi” : Kuikala kua muntu mu bu Nzambi buandi- Kilisto
  • munkatshi muabu” : Mukelenge Yesu udi nsangilu wa bana ba Nzambi

Mu tshikoso, tudi mua kuamba ne: tudi badisangisha bilondeshele Matayo 18. 20, anu

  • Mukelenge ikale munkatshi mua disangisha
  • Mubidi wa Kilisto wikale bishimikidi, ne
  • Bukokeshi bua Mukelenge buikale bunemekibue mu ditapuluka ne malu mabi wonso

 

  1. Qu’est-ce qu’une réunion «d’assemblée» (ou: église)?

C’est une réunion où «toute l’assemblée» (ou: église) locale se réunit ensemble (1 Cor. 14, 23), en tant qu’assemblée (ou: église) (1 Cor. 11, 18). Lorsque nous disons toute l’assemblée, c’est bien entendu ceux qui peuvent le faire, et qui en ont le désir. Le Nouveau Testament donne trois cas de telles réunions d’assemblée:

  • pour rompre le pain (Actes 20, 7; 1 Cor. 11, 24-26)
  • pour prier (Actes 12, 5, 12 et Matt. 18, 19, 20), et
  • pour l’édification (1 cor. 14, 5, 12, 22-25).

 

Disangisha dia “ekelesia” ntshinyi ?

 

Badi babikila disangisha dia ekelesia, “padi ekelesia yonso mujima mudisangishe” (1 Kolinto 14: 23). Patudi tuamba ne “ekelesia yonso”, tudi tumona buonso badi basanganyibua muaba X (kampanda), badi mua kudisangisha ne badi ne dijinga edi. Dipundila dipia-dipia didi difila mishindu isatu ya kudisangisha kua ekelesia:

  • Bua kutshibula diampa
  • Bua kutendelela(Bienz. 12.5, 12 ne Mat 18. 19, 20) ne
  • Bua kuyila dî(anyi kukankamikangana ) (1 Kol. 14, 5, 12, 22-25).
  1. Qui dirige les réunions? (est-ce le rôle d’un pasteur ou d’anciens?)

Quand des croyants sont «réunis en son nom (Matt. 18, 20), alors Christ doit être au centre. Il dirige tout. Ce n’est pas une réunion dirigée par l’homme. Christ est Celui qui a autorité (1 Cor. 12, 5), et le Saint Esprit opère en distribuant à chacun des dons de grâce «comme il lui plaît» (1 Cor. 12, 11). Il y a liberté de contribution pour chaque frère[3]: indiquer un cantique, prier à haute voix, ou parler pour l’édification (1 Cor. 14, 26-33).

Nganyi udi ulombola masangisha ?

Udi mudimu wa Mpasata anyi wa Mukulu anyi ?

Padi bena kuitabusha buonso « badisangishe mu ekelesia mu dina dia Mukelenge » Kilisto udi ne tshia kuikala munkatshi muabu (Matayo. 18 : 20). Udi ulombola malu wonso.

Kadiena disangisha dilombola kudi muntu umue. Kilisto nkayende ke udi ne bukokeshi buonso (1 Kol.. 12, 5), ne Nyuma muimpe udi wenzesha upesha kudi bantu bonso bipedi bia ngasa  “bu mudiye musue” (1 Cor. 12, 11). Budikadidi bua kukuatshishangana budiku kudi muena kuitabusha yonso wa balume: udi mua kufila musambu wa Nyuma, kutendelela ne diyi dikole, anyi kuakula bua kukankamika ( 1Kol. 14, 26-23).

  1. Qui doit faire le service de la parole?

Par «service de la parole» (Actes 6, 4) nous pensons à l’enseignement et à la prédication de la parole de Dieu aux croyants. Ce service devrait être exercé par ceux qui ont reçu un don pour cela (les docteurs et les pasteurs). Ce ministère doit avoir un caractère prophétique: une parole de Dieu appliquée à la conscience du peuple de Dieu.

La parole de Dieu ne connaît pas d’églises (ou: assemblées) avec ministère unique (selon le principe d’un seul homme qui fait tout). A Antioche, il y avait «des prophètes et des docteurs» (non pas «un pasteur», Actes 13, 1). Paul dit aux Corinthiens: «Qu’est-ce donc, frères? Quand vous vous réunissez, chacun de vous a un psaume, a un enseignement… que tout se fasse pour l’édification» (1 Cor. 14, 26).

Enfin, tout doit se passer dans l’amour, et dans la sainte crainte qui découle de la présence de Dieu.

      Nganyi udi ne bua kuenza « mudimu wa dî dia Nzambi »

Ku « mudimu wa kuamba dî dia Nzambi » (Bienzedi 6. 4) Mukanda wa Nzambi udi utangila tshipedi tshia buambi ne buyishi bua dî dia Nzambi kudi bena kuitabusha. Mudimu eu udi wenshibua kudi badi bapete dipa anyi tshipedi etshi bua kûwenza (buyishi : docteur, bu mpasata: Pasteur). Mudimu eu udi ne tshiakuikla ne ngikadilu wa mei a tshi profete : mbuena kuamba ne diyi dia Nzambi didi dikumbanyina mitshima ya bana tshisamba tshia Nzambi.

 Mukanda wa Nzambi kawena mumanye ekelesia ne tshipedi anyi mudimu umue nansha, buena kuamba ne, muntu umue muikale bu « mpasata » ukumbasha bipedi bionso. Nansha mu Antioka, muakadi bena kuitabusha ba bungi balume bakadi bayisha dî dia Nzambi: “ Munkatshi mua bena ekelesia ba mu Antioka muakadi baprofete ne bayishi, mena abo akadi Bânaba, ne Shimeona muidika ne, Nige, ne Lukio wa ku Kulene, ne Manaele…, ne Shaula » (Bienzedi 13 : 1). Polo, udi wambila bena Kolinto ne: “Nunku ntshinyi bana betu? pa nuadisangisha, muntu ne muntu udi musambu, mukuabu udi ne diyisha, malu onso enzekua bua kudiundishangana” (1Kol. 14, 26).

Kundekelu, mudimu eu udi ne bua kuenshibua mu dinanga, ne mu ditshina dimpe dia buakane bua Nzambi.

  1. Quelle est la différence entre les dons, et les charges ou services?

Les dons sont des capacités spirituelles (don de docteur ou enseignant, d’évangéliste, de pasteur [berger au sens littéral], etc.). Les services, ou les charges, sont ce qui est confié à la responsabilité des serviteurs, surveillants ou anciens. Les mots «serviteur» et «surveillant» sont la traduction littérale respective des fonctions que certains nomment «diacre» et «évêque».

Les dons sont pour tout le corps de Christ (Eph. 4, 12), ainsi le docteur, par exemple, peut enseigner dans d’autres villes et d’autres pays. Mais les charges sont données pour une localité: «dans chaque ville… des anciens» (Tite 1, 5) et «J’exhorte les anciens… paissez le troupeau de Dieu qui est avec vous» (1 Pierre 5, 1, 2).

Que sont des anciens, des surveillants (Engl. Bishops), des diacres ?

Dishilangana kai didi pankatshi pa bipedi ne bujitu (charge) ?

Bipedi, bidi bukole bua mu nyuma (tshipedi tshia buyishi anyi buambi, tshia butangadiki, tshia bu mpasata (mulami mu dikudimuna dia muaku) ne bikuabu bidi bilonda… Mudimu anyi bujitu, ngetshi tshidi tshipesha mu bukokeshi bua bakulu balami anyi batangidi. Miku eyi « mukulu mulami » ne « mukulu mutangidi » idi tshikudimuinu tshia miaku idi mu français bakuabu babikila ne « diacre » ne « evèque ».

Bipedi bidi bualu bua mubidi onso wa Kilisto (Efes. 4, 12), bua bualu ebu, muyishi, tshilejelu, udi mua kulongesha mu misoko anyi mu matunga makuabu. Kadi bujitu budi bupesha anu bua kaba kamue  anyi bua tshitupa tshimue kampanda : « mu musoko ne musoko…bakulu » (Tit. 1, 5), ne « ndi nsengelela bakulu… nulame tshisumbu tshia mikoko tshidi munkatshi muenu » (1 Petelo 5, 1, 2).

Bakulu, batangidi (mu Anglais Bishops), ne balami mbanganyi ?  

  1. Faut-il désigner des anciens?

Dans les exemples fournis par le Nouveau Testament, les anciens ont toujours été désignés par les apôtres (Actes 14, 23), ou par leurs délégués (Tite 1, 5). Tite avait reçu expressément de la part de l’apôtre le commandement de le faire. Aujourd’hui il n’y a plus d’apôtres (car ils devaient avoir vu le Seigneur, Actes 1, 21, 22 et Actes 94,-6 en relation avec 1 Cor. 15, 8), et il n’y a donc plus de délégués apostoliques qui pourraient les désigner, ni quelqu’un ayant l’autorité donnée de Dieu pour le faire.

Mais il y a encore des hommes ayant les qualifications requises pour les anciens (1 Tim. 3, 1-6). Une lecture attentive de la liste de qualifications montre que de tels hommes sont très rares. Mais ceux qui ont ces qualités peuvent encore faire le travail d’anciens (1 Pierre 5, 2; Actes 20, 28).

Bidi bikengelea kusunguisha kabidi bakulu lelu anyi ?

Mu bileshelu bitudi nabi mu dipungila dipia-dipia, bakulu bakadi basungula kudi ba postolo (Bienz. 14, 23) anyi kudi batumibue bandi (Tit. 1, 5). Tito wakapeta bukokeshi ebu kudi mupostolo Polo bua kuenza bualu ebu. Lelu tuetu katuena kabidi ne bapostolo nansha ( bualau bakadi bapostolo, bakadi anu aba bakamona Mukelenge Yesu, Bienz. 1, 21, 22  ne Bienz. 9, 4-6 bipetangana ne 1Kol. 15, 18), ne kabidi kakuena batumibue ba bapostolo badi mua kubasunguisha, anyi muntu muikale ne bukokeshi bua kudi Nzambi bua kubuenza.

Kadi bantu badi ne ngikadilu idi ikumbana bua kuikala mukulu badiku (1Tim. 3, 1-6). Dibala ne ntema dia ngikadilu eyi, didi ditulesha ne bantu badi bakumbasha ngikadilu eyi, badi mpukapuka. Kadi badi nayi, badi mua kukuata kabidi mudimu wa bukulu (1Pet. 5, 2 ; Bienz. 20, 28).

  1. Quels dons y a-t-il dans l’Eglise (ou: Assemblée)?

Cinq dons principaux sont mentionnés en Ephésiens 4. Ils sont donnés par Christ:

  • des apôtres. Il s’agissait d’hommes ayant vu le Seigneur (Actes 1, 22 et 9, 4, 5)
  • des prophètes. Ce sont ceux qui prophétisaient (ils donnaient la Parole de Dieu au peuple). Avant que le Nouveau Testament soit complet, les prophètes avaient des révélations (Eph. 3, 5). Maintenant que la Bible est complète, la révélation l’est aussi. Mais il y a encore un ministère prophétique: une parole venant de Dieu appropriée au moment considéré, et basée sur l’Ecriture, pour l’édification (1.Cor. 14). Il y avait aussi des femmes qui prophétisaient (Actes 21, 9) – certainement dans leur cadre, et non pas dans celui de l’assemblée (1 Cor. 14, 34).
  • des évangélistes. Ils apportent l’Evangile aux pécheurs perdus. A good example is Philip, the evangelist (Acts 21:8) and his activities in Acts 8.
  • des pasteurs. Ils s’occupent des soins à donner aux individus comme un berger vis-à-vis des brebis du troupeau. Aujourd’hui beaucoup de personnes donnent à ce mot de «pasteur» une tout autre signification, un genre d’homme-à-tout-faire, often the man ‘in charge of a church’. Ce n’est pas le «pasteur» au sens de la Bible.
  • des docteurs, au sens d’enseignants. Ils sont capables de présenter la vérité de la parole de Dieu de telle manière qu’elle soit comprise, et que les cœurs de ceux qui l’entendent brûlent pour la vérité (Luc 24, 27, 32).

 

Il y a en outre beaucoup d’autres dons (1 Cor. 12 et Rom. 12). Notons qu’aucun de ces passages ne nous donne une liste complète de tous les dons.

Q : Pourquoi y a-t-il plusieurs listes de dons ? [81] 

Bipedi kai bitudi tusangana bifunda mu dipungila dipia-dipia ?

Bipedi binene bitanu mu Efeso 4. Bidi bifila kudi Kilisto :

  • Bapotolo. Bakadi bantu bakatangila Mukalenge (Bienzedi 1. 22 ne 9. 4, 5).
  • Baprofete. Bakadi bantu bakadi bambila bantu dî dia Nzambi (ke tshidi tshiunvuisha muaku « prophétiser » udi mu mukanda wa français). Kumpala kua dikumbana dia dipungila dipia-dipia, baprofete bakadi ne mabuluibua. Mu mukanda wa Efeso tudi tubala ne : «… bua kabuluibua kudi bapostolo bandi ba tshijila ne kudi baprofete kudi Nyuma » (Efeso 3 : 5). Matuku etu aa lelu udi Mukanda wa Nzambi onso mukumbane, mabuluibua onso kabidi adi makumbane. Kutangila, nansha lelu kabidi, mudimu wa tshiprofete udiku : udi ne mudimu wa kuamba pa bualu kampada dî difuma kudi Nzambi, bua kudiundisha bena kuitabusha bakuabu. Mudimu eu udi ubikidibua mu  1kolinto 14  bu « mudimu wa tshiprofete » (bilondeshele mukanda wa français). Dî dia mushindu eu didi diumukila anu mu mifundu ya tshijila ya mu Mukanda wa Nzambi, ne kabiena bu dibuluibua dipia-dipia nansha. Tudi tusangana kabidi ne Kuakadi bakashi bakadi biabu bayisha bantu (prophetiser mu mukanda wa français) (Bienzedi 21 : 9) – bakadi bakumbasha mudimu eu munkatshi mua bakashi nabu, kadi ke mu ekelesia nansha (1 Kolinto 14. 34).
  • Batangadiki. Badi batuala lumu luimpe kudi badi bajimine mu mibi ne babalombola kudi Mukelenge ne mu ekelesia. Tudi ne tshileshelu tshimpe kudi Filippo, mutangadiki (Bienzedi 21. 8) ne mudimu wandi mu Bienzedi 8.
  • Bampasata. Badi balama bantu bu mudi mulami wa mikoko ulala tshitabela bua tshisumbu tshia mikoko yandi. Muaku mene Mpasata udi unvuisha mulami. Lelu bantu babungi ku dina edi dia « mpasata » badi bafila diuvuisha dia mushindu mukuabu, ne « udi muntu wakuenzela bionso ». Kadi etshi ke mudimu wa « mpasata » bilondeshele lungenyi lua Mukanda wa Nzambi nansha.
  • Bambi, bu mulongeshi. Badi bakumbane bua kuamba dî dia Nzambi kudi bantu, mu mushindu wa ne mitshima ya bantu ikale milengibue ne itema bualu bua bushua – bua Mukelenge Yesu Kilisto. « Wakabangila ku Mose ne ku baprofete buonso, wakabajinguluila malu akafundabu mu Mukanda wa Nzambi onso bualu buandi. … Ne bakambilangana ne, mitshima yetu kayakadi itema munda muetu, anyi pakadiye utuambila malu mu nshila, pakadiye utujinguluila Mukanda wa Nzambi anyi ? » (Luka 24 : 27, 32).

Kumusha ebi, kudi kabidi bipedi bikuabu biabungi mu (1 Kolinto 12 ne mu Lomo 12). Tumanye ne kakuena mufundu wa ku mifundu eyi udi ukumbasha kutela bipedi bionso nansha.

Q. Mbua tshinyi kudi bipedi bia biabungi?......................................diunvuija 81 lukonko lua dikumbasha.

  1. Les dons miraculeux

(1)   Quel était leur rôle?

Pourquoi Dieu les a-t-il donnés? Pour évangéliser? Pour donner des spectacles émouvants? Pour diminuer les souffrances des croyants? Non: aucune de ces raisons n’est bonne.

Dieu a donné des signes miraculeux, pour prouver que Dieu commençait quelque chose de nouveau, une ère nouvelle, celle de l’Eglise (ou: Assemblée) chrétienne. Le temps de la loi était passé. Dieu avait formé l’Eglise (ou: Assemblée) par le Saint Esprit. Aussi, au jour de la Pentecôte qui fut celui du commencement de l’Eglise (ou: Assemblée), il a rendu ses disciples capables de parler en des langues étrangères compréhensibles pour d’autres. Qui pouvait nier que c’était là une œuvre de Dieu?

Les langues étaient un signe pour les Juifs seulement (1 Cor. 14, 21).

Il y eut certes des guérisons (Actes 3), mais non pas pour remédier aux souffrances des croyants; elles servaient de signes pour les incrédules (Actes 4, 16, 30 et Héb. 2, 4).

(2)   Quel est leur rôle aujourd’hui?

Les dons miraculeux étaient pour le commencement (Héb. 2, 3, 4)). Ils étaient la preuve extérieure qui témoignait que l’église était une œuvre de Dieu, une chose tout à fait nouvelle, un nouveau début. Bien sûr Dieu peut toujours faire des miracles de nos jours, et il le fait. Mais cela est autre chose que l’exercice d’un don.

Et qu’en est-il des langues? Permettez-moi de demander: connaissez-vous une seule personne qui puisse parler une langue qu’il n’a jamais apprise (car c’est ce qui s’est produit dans Actes 2)?

Bipedi bia malu a kukema, diunvuija diabi didi tshinyi ?

mu matuku a ntuadijilu a tshikondo tshia buena kilisto

Nzambi wakafila malu a kukema aa, bua kutuisha anyi kujadika ne, wakadi ubanga bualu bupia bupia. Uleja patokene tshikondo tshia mikeshi tshiakamana kupita. Nzambi udi wibaka Ekelesia kupitshila ku Nyuma Muimpe. Ke bualu kayi mu dituku dia pentekoste, wakapesha bayidi bandi bukole bua kuakulabo mu miakulu ya ba bisamba bia bende, yakadi yunvuika kudi bena muakulu wabu bakadi mu muaba au. Muntu kayi wakadi mua kuela mpata ne, eu kawena mudimu wa Nzambi ?

Tshipedi tsjhia kuakula mu ndimi, tshiakadi tshleshelu kudi bantu bakadi kabayi bena kuitabusha (1 Kol. 14, 21).

Bena masama bushuwa bakondopibua (Bienz. 3)  kadi kabiakadi bua kujikija ntatu yonso ya bena kuitabusha nansha), biaka, bimanyishilu kudi badi kabayi bena kuitabusha (Bienz. 4, 16, 30; Ebelu 2, 4).

…matuku etu aa                                                                      

Bipedi bia malu akukema ne bimanyinu, biakadi bua matuku a ku tshibangidilu (Ebelu 2 : 3, 4). Biakadi bimanyishilu bia patoke ne, Ekelesia wakadi mudimu wa Nzambi, tshibangidilu tshipia-tshipia.

Mbulelela, Nzambi udi mua kuenza kabidi mu matuku etu aa malu a kukema, ne utshiena wenza. Kadi, bidi bishilangana ne mudimu wa tshipedi tshia malu a kukema.

Kadi bualu budi munyi bua kuakula kua mikulu?  Nuitabushe bua ngashi kukonka muntu. Nudi bamanye muntu udi mua kuakula mu muakulu wa bantu pa buloba kadi kayi mu ulonge anyi? ( bualu bua ke bualu bua kenzeka dituku adi mu Bienz. 2 )

                                            

  1. Que signifie «la ruine de l’Eglise»?

Cela signifie simplement qu’aujourd’hui les choses sont très différentes de ce que Dieu avait établi quant à l’Eglise (ou: Assemblée) au commencement à la Pentecôte. Les chrétiens sont dispersés en de multiples groupes. Beaucoup sont devenus membres d’organisations, au lieu d’agir simplement comme membres du corps de Christ.

Beaucoup de mal est présent aujourd’hui sous des formes diverses. Il y a:

  • du mal ecclésiastique (ministère d’un seul homme, etc.);
  • du mal doctrinal (par rapport à Christ, son incarnation, sa nature sans péché, son humanité, son œuvre, le salut, etc.)
    • y compris: la contestation de l’inspiration verbale (ou: littérale) de l’Ecriture s’accroît (voir chapitre 8).

Le mal moral est toléré de plus en plus, sous des formes toujours plus grossières; on se trouve comme dans une spirale descendante et sans fin. Enfin beaucoup de milieux chrétiens qui désavouent le mal, tolèrent d’y rester associés, et de ne pas s’en séparer.

  “Dishimbuka dia Ekelesia” didi diunvuisha ntshinyi?

Dishimbuka didi diunvuisha ne, lelu malu adi mashilange, ne akajadika Nzambi bua Ekelesia ku tshibangidilu dituku dia pentekoste. Bena kilisto bakamana kutangalaka mu bisumbu bia ntendelelu bia bungi. Babungi bakamana kulua bitupa bia bulongolodi nda, pa mutu pa kushala ne kuenza mudimu bu bitupa bia mubidi wa kilisto.

 Bubi bua kuvulangana lelu. Kudi :alu bukuabu bua kukumbasha ku ebu budi ne, bubi bua mishindu yonso buakamana kubuela mu Buena kilisto lelu. Tutele:

  • Bubi bua ntendelelu ( mudimu wa muntu umue mpasata ku mutu kua buonso, kulombola kua disambila kudi muntu umue moderateur …) (Gal. 5: 20);
  • Bubi bua dilongesha ku bualu bua Kilisto (dibenga kuitaba bu muntu buandi, bupuangane buende, kuangata kuandi kua mubidi, buntu buandi, mudimu wandi wa bupikudi, lupandu, ne malu makuabu), bitapulukangane ne dî dia Nzambi didi diakudibue.

Bualu bukuabu bua kusakidila : Mpata ku bualu bua mabuluibua a mu diyi dia Nzambi, idi yenda ivulangana bikole.

Bubi bua mu nsombelu (mal moral), budi bulenguludibue bikole, mu mishindu yabu yonso mibi (masandi dishima…), tudi tudisangana mu dinyanguka bu mudi lupongo ludi kaluyi ne ndekelu.  Buena kilisto buabungi budi kabuyi buitabusha bubi, kadi budi buitabusha bua kulamakashibua nabu, ne kabuyi buitabusha bua kutapuluka nabu nansha.

  1. Comment peut-on montrer l’unité en un temps de ruine et de fragmentation?

L’homme a-t-il donc tout gâté? Oui, mais cela ne veut pas dire qu’il est impossible de pratiquer les principes bibliques. Si les hommes forment des organisations etc. nous pouvons quand même faire ce que la Bible dit: se réunir simplement autour du Seigneur Jésus (Matt. 18, 20), réalisant que nous sommes membres du corps de Christ (1 Cor. 12, 12, 13).

Priez, et le Seigneur vous montrera d’autres croyants qui veulent le reconnaître comme Seigneur. Réunissez-vous avec eux simplement en désirant, avec son secours, garder et pratiquer ce que la Bible enseigne. Cela ne veut pas dire qu’il faut chercher à former une nouvelle Eglise, car Dieu a formé l’Eglise (ou: Assemblée) il y a déjà bien longtemps, et cela est tout à fait suffisant. Aujourd’hui, nous avons simplement à reconnaître ce que lui a fait.

 Mushindu kai wa kulesha buobumue mu tshikondo etshi tshia dishimbuka ne tshia ditapuluka ?

Muntu wakamana kunyanga bionso anyi? Eyo, kadi kabiena biunvuija kutudi ne, bidi mua kutupangisha bua tuetu kukumbasha malu adi mafunda mu Mukanda wa Nzambi nansha.

Nansha bikala bakuabo benza bulongolodi bushilashilangane …, tuetu bakamana kumanya malu aa malelela, tudi anu mua kukumbasha tshidi Mukanda wa Nzambi wamba: Kudisangisha mu dina dimuepele dia Mukelenge Yesu (Matayo 18: 20), tulesha ne tudi mubidi umue wa Kilisto (1 Kolinto 12: 12, 13).

Lomba  Mukelenge, ne neakuleshe bena kuitabusha bakuabu badi basue kumumanya bu Mukelenge( udi ulombola mioyo yabu ne udibu basue kutumikila). Udisangisha nabu, mu dijinga anu dia kukeba kukumbasha tshidi diyi diandi diamba. Ebi kabiena biunvuija ne eu udi mushindu wa kukeba ekelesia mukuabu mupia mupia nansha, bualu bua Nzambi wakamana kuenza ekelesia wende kukadi bidimu biabungi bipite, ne etshi tshikadi Nzambi muenze, tshidi tshikumbane.

Lelu tudi ne bualu bua kuitabusha anu tshikadiye muenze.

  1. Qui peut rompre le pain?

Tout croyant, s’il n’est pas disqualifié. Pourquoi tout croyant? Parce que la fraction du pain est un privilège qui appartient à tout membre du corps de Christ (1 Cor. 10, 17). Mais alors, que signifie «être disqualifié»? Comment cela peut-il se produire? – il y a trois raisons possibles pour cela:

  • mal moral: l’homme de 1 Corinthiens 5, par exemple, devait être «mis dehors».
  • mal doctrinal: si quelqu’un n’apporte pas la doctrine de Christ (2 Jean 9-11), il ne faut pas le recevoir dans sa maison, encore moins célébrer le repas du mémorial (la cène) avec lui. Le mal doctrinal est du «levain» (Gal. 5, 9).
  • l’association avec le mal (2 Tim. 2, 21).. Celui qui salue un hérétique dans 2 Jean 9-11 «participe à ses mauvaises œuvres». Ceux qui, à Corinthe, mangeaient dans les temples d’idoles les choses sacrifiées aux idoles «participaient à la table des démons» (bien qu’eux-mêmes ne croyaient pas aux idoles; 1 Cor. 10, 19-22). Voyez aussi 1 Cor. 15, 33, Apoc. 2, 14).

Q: What is worship in Spirit and in truth?

Q: What about dancing and musical instruments?

Q: Who can pray / lead in worship, break the bread?

Perhaps: a more detailed section on ‘worship’

[82] 

 Nganyi udi mua kutshibula diampa (kudia diampa) ?

Muena kuitabusha yonso udi kayi munyanguke ne malu mabi. Bualu bua kutshibula kua diamba ku bimanyinu, mbujitu bua muena kuitabusha yonso udi tshitupa tshia mubidi wa kilisto (1Kol. 10, 17). Kadi tshidi tshiunvuisha kuikala “munyanguke” ntshinyi? Bidi mua kuenzeka mushindu kayi? – kudi malu manene asatu bua bualu ebu:

  • Bubi bua bukoya : tshileshelu, muena masandi wa mu Kolinto 5, wakadi ne bua « kumushashibua munkatshi muabu » bualu bua masandi (nv. 13), mbuena kuamba ne kakadi mua kuikala mu buobumue bua bena kilisto nansha (tutu tuamba ne udi mutekibue panshi mu dinyoka), anyi mumushibua ku buobumue bua ditshibula dia bidia bia Mukelenge.
  • Dilongesha dibi (mal doctinal): bikala muntu ulua kunudi kayi ne dilongesha dia Kilisto, kanumuakididi mu nzubu yenu nansha, anyi kanumuedi muoyo (2 Yone 9-11), ne kabidi kenuena mua kudia nandi ku bidia bia Mukelenge. Dilongesha dibi, dî dia Nzambi didi dibikila ne « luevene » (Galatiya 5 : 9
  •  Kupunga diyi mu bualu bubi,anyi kuabanyangana bubi buenza kudi mukuabu: Muntu yonso udi wela mulongeshi mubi (wa dishima) muoyo, « udi wabanyangana nandi midimu yende mibi » (2 Yone 9-11). Bena kuitabusha buonso, bakadi babuela mu ntempelo ya mpingu mu Kolinto, nansha bikalabo kabakadi bitabusha ne mpingu idi bualu, bakamana kubumbakashibua mu buobumue ne tshioshelu tshia bademon. (1 Kolinto 10 : 19-22). Tangila kabidi mu 1Kol. 15, 33; Buak. 2, 14.
  1. Quelle est la relation entre les assemblées locales?

Un rassemblement local (ou assemblée, église) fait partie de l’Assemblée (Eglise) entière de Dieu (1 Cor. 1, 2). Les rassemblements locaux agissent donc en harmonie les uns avec les autres (comme les membres du corps humain travaillent ensemble, et non pas l’un contre l’autre). Certes, le corps n’est pas composé d’assemblées – mais les croyants qui forment les assemblées locales tous font parti d’un seul corps. « Il y a un seul corp » (Eph. 4 :4) et il y a un seul chef (une seule tête) dans le ciel, Christ lui-meme qui dirigera les croyants et leurs rassemblements en harmonie les uns avec les autres.  Le rassemblement local n’est que l’expression locale de l’Assemblée entière (1 Cor. 10, 17 et 12, 27 – voir Q 7.9).

Lorsqu’une assemblée (ou: église) locale prend une décision (par exemple, elle met une personne sous discipline (Q 7.22), ou elle admet un croyant pour la communion), cela lie les autres assemblées, c’est-à-dire que sa décision s’applique à toutes les autres assemblées: «ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel» (Matt. 18, 18). Paul répète que ces instructions aux Corinthiens s’appliquent à tous les croyants en tout lieu (1 Cor. 1, 2; 4, 17; 7, 17; 11, 16).

Malanda kayi adi munkatshi mua nsagilu (ekelesia) ya kaba kamue ?

Nsangilu udi usanganyibua mu musoko kampanda udi tshitupa tshia Ekelesia mujima wa Nzambi udi pa buloba, ne udi tshimuenenenu tshiende mu musoko au udiye usanganyibua. (1 Kol. 1: 2).

Nsagilu yonso idi mu misoko mishilashilangane idi ne bua kuenza malu munkatshi muabu mu malanda, bu mudi bitupa bishilangane bia mubidi wa muntu bikuatshishangana mudimu, munkatshi muabu kamuyi muikale lukuna, nansha matapuluka makese. Mbulelela ne ke nsagilu ya kaba kamue idi yenza mubidi to- kadi bena kuitabusha balelela badi basanganyibuamu ke badi benza mubidi umue “mubidiumue udiku” (Efes. 4.4) ne kudi kabidi nfumu (mutu umue) umue wa mubidi eu, mutumbishibue mu diulu, Kilisto udi ulombola bena kuitabusha buonso ne nsangilu yabu yonso, mu dipetangana ne mikuabu. Nsangilu wa pa kaba kamue, udi thimuenenu tshia ekelezia mujima udi pa buloba  (1 Kol. 10, 17 et 12, 27 – tangila Q 7.9).

Diba didi Ekelesia kapanda wa kaba kamue wangata dipangadika, tshileshelu witabusha muena kuitabusha mu buobumue nandi, anyi uteka muntu mu dinyoka, dipangadika edi didi ditabushibua kudi ekelesia mikuabu idi mu miaba mikuabu.

Nansha mu diulu, dipangadika edi didi ditabushibua: « Tshionso tshinuasuika pa buloba, nebatshisuika mu diulu » (Matayo 18 : 18).

Paulo udi wamba misangu yabungi ne, malu akafundilaye bena ku Kolinto, bienshibue kudi bena kuitabsha buonso mu ekelesia yonso. (1 Kol. 1, 2; 4, 17; 7, 17; 11, 16).

  1. Qu’est-ce que la discipline d’assemblée?

Le but de la discipline d’assemblée est d’aider à restaurer quelqu'un qui a agi de manière incompatible avec l’enseignement de la parole de Dieu. Le type de discipline à utiliser dépend du cas. Il y en a plusieurs sortes:

  • redresser quelqu'un qui s’est laissé surprendre par quelque faute: Galates 6, 1, 2
  • avertir et noter/dénoncer les déréglés: 1 Thessaloniciens 5, 14; 2 Thessaloniciens 3, 14, 15
  • résister en public: 1 Timothée 5, 20; (voir l’exemple en Gal. 2, 11-14)
  • rejeter/avoir l’œil sur l’hérétique et l’homme sectaire: Tite 3, 10, 11; Romains 16, 17
  • discipline du silence – envers ceux qui enseignent des «doctrines étrangères»: 1 Timothée 1, 3, 4; Tite 1, 10, 11
  • péché personnel – il s’agit d’un péché contre un croyant (Matt. 18, 15–20)

exclusion du méchant (1 Cor. 5, 13) – la forme la plus sévère de la discipline de l’assemblée. L’assemblée doit reconnaître, avec humiliation, de ne plus pouvoir rien faire et de devoir remettre le cas à Dieu (lire 1 Cor. 5).

Dinyoka dia Ekelesia ntshiyi ?

 

    Kipatshila konso ka dinyoka dia ekelesia nka kuambuluisha kupitshila ku dilongesha dia diyi dia Nzambi, dipingana dia muntu udi mupambuke. Mishindu ya dibela idi ishilangana bilondeshele bualu budi muntu muenze. Ididi ya bungi:

  • kupingasha muntu  udi mutulukile kudi bualu bubi kudi Nzambi: “bana betu, bikala muntu mutulukile kudi bualu bubi, nuenu badi ne Nyuma, numupingashe kudi Nzambi ne mutshima wa kalolo” (Galatiya 6: 1).
  • Kudimusha, kumanya batshimbakane: “ (1 Tesalonike 5: 14 ; 2 Tesalonike 3: 6, 14, 15).
  • kubela ku mesu kua buonso:  (1 Timote 5: 20 ; ( tangila tshilejelu mu Galatiya 2: 11-14).
  • kudimuka bua badi bavuisha matapuluka: (Tit 3: 10, 11 Lomo 16: 17).
  • Kupuwisha bua kuakula mu nkatshi mua ekelesia (bua diyisha dia patupu (1Timote 1: 3, 4 ; Tito 1: 10, 11),
  • Bubi bua muntu nkayende. Budi bubi budi muena kuitabusha muenzele muanabo wa mu kilisto (Matayo 18, 15-20)

Kumusha muntu mu buobumue bua bena kilisto (kuteka muntu panshi): eu ke mushindu udi mutambe kuikala mukole ne mutumbukewa ku mayoka adi nau ekelesia. Ekelesia udi ne bua kumanya ne kudipuekesha ne kanyinganyinga ne, kena ne bualu bukuabu bua kuenza kudi muntu eu nanasha, budiye nabu mbua kupesha Nzambi malu onso. (Bala 1 Kol. 5).

  1. Qu’est-ce qu’une secte?

Le monde parle de secte dès qu’un groupe religieux ne fait pas partie d’une grande religion officielle. Le christianisme à ses débuts était qualifié de secte (Actes 24, 4, 14; 28, 22).

A l’origine une secte était une «école de pensée» ou un «parti», basée sur l’opinion de leurs meneurs. Il se forme une secte dans ce sens quand une doctrine spéciale est adoptée (ou qu’on met excessivement l’accent sur une doctrine scripturaire particulière). So it was in Corinth: there was a tendency to choose and follow favourite teachers (1 Cor. 1:11-13; 3:3-5) and there was a danger that the resulting party spirit would lead to the formation of sects (see 1 Cor.11:18, 19).

Comment un groupe de chrétiens devient-il une secte? De deux manières principalement:

  • en créant formellement une organisation dont il faut faire partie pour jouir de la communion avec les autres «membres»,
  • en imposant des conditions non bibliques à ceux qui sont reçus en communion (des conditions autres que la pureté dans la marche, dans la doctrine et dans les associations) – par exemple un code vestimentaire.

 

Tshidi tshiunvuija kasumbu (secte) ntshinyi ?

Ba pa buloba badi babikila kasumbu, diba didi tshisumbu tshia batendeledi bapanga kulamata ku ntedelelu wa bantu buonso. Buena kilisto, ku mbagilu, buakadi bubikidibua bu Kasumbu ( Bienz. 24, 4, 14; 28, 22).

Mu matuku a tshibangidilu, muaku eu wakadi unvuisha anyi ulesha 1) kasumbu ka dimanya anyi bantu bakadi beyemena menshi a nfumu wabu kampanda. Tshileshelu, basadoke : bakadi bamba ne dibika dia bantu ku bafue kadienaku nansha. Nunku kasumbu kadi kamueneka diba didi, dilongesha kampanda ditabushibua, anyi dilongesha dia pa buadi dishindikibua. Ke njiwu yakadi mu Kolinto (1 Kol. 1:11-13; 3:3-5), tangila ( 1Kol. 11. 18, 19).

Mushindu kayi udi tshisumbu tshia bena kilisto tshilua Kasumbu ka ntendelelu? Mu mishindu ibidi :

  • pa dibu bafuka bulongolodi kampanda bua kubuelamu bua kuabanyangana buobumue ne bitupa bikuabu
  • pa kutekela bantu bujitu bua malu anyi mikeshi idi kayyi mu Mukanda wa Nzambi (mashilangane ne bupuangane mu luendu, mu diyisha, ne mu kudisangisha ne bakuabu). – tsileshelu mukanda wa meyi mapunga.

                                            

  1. Sommes-nous une dénomination?

Si on se trouve dans une dénomination (ou organisation avec un nom), le mieux c’est de la quitter. Les premiers chrétiens n’avaient pas de nom, et nous n’en avons pas davantage aujourd’hui. On leur avait donné l’étiquette de «chrétiens» simplement parce que tout le monde savait qu’ils étaient disciples de Christ, qu’ils étaient liés à lui et à ses intérêts.

Nous devons être heureux d’être simplement des membres du corps de Christ.

Tudi tubikidibua mu dina dia tshisumbu anyi?

Bituikala tudi mu tshisumbu kampanda, anyi bulongolodi, butudi nabu mbua kupatukamu. Bena kilisto ba kumpala kabakadi ne dina kampanda nansha, ne tuetu kabidi lelu katuena mua kuikala nadi to. Bakabapesha tshikidilu tshi “bena kilisto” anu bualu bua bakadi bayidi ba Kilisto, bakadi balamate ku diye ne ku disua diende.

               

Tudi ne bua kuikala ne disanka bua kuikala anu bitupa bia mubidi wa Kilisto.

                                                   

  1. Comment se comporter vis-à-vis d’autres chrétiens qui ne se rassemblent pas avec nous?

Ils sont nos frères et sœurs en Christ. Il est possible qu’on ne puisse pas marcher avec eux, ou rompre le pain avec eux, mais nous devons les aimer. Comment leur montrer cet amour? En cherchant leur bien! En essayant de leur être en aide d’une manière fraternelle, en cherchant à les édifier et à approfondir leur foi. Ceci implique souvent de partager quelques enseignements de la parole de Dieu.

 Mushindu kayi wa kudituala kumpala kua bena kilisto badi kabayi badisangisha netu ?

Badi bana betu balume ne bakashi mu Kilisto. Bidi bimpe bua kubenga kuenda nabu mu nshila umue wa ditabusha, anyi kutshibula nabu diampa bua kulesha buobumue, kadi tudi ne tshia kubananga. Mushindu kayi wa kubalesha dinanga edi? Patudi tukeba disanka anyi diakalengele diabu! Tukeba bua kubakuatshisha mu mushindu wa bana ba muntu, dibadiundisha ne kubajadika mu ditabusha diabu. Ebi bidi biunvuisha kuabanyangana nabu dilongesha dia diyi dia Nzambi.

  1. Quel est le plus important? l’exactitude quant à la doctrine ou le dévouement au Seigneur?

Il n’y a pas à opposer ces choses l’une à l’autre. Nous avons besoin des deux! La doctrine sans le dévouement est comparable à un squelette, et le dévouement sans la doctrine comparable à un corps sans squelette nécessaire pour le faire tenir!

Bua kushikisha: tshidi ne mushinga munene ntshinyi ? Dimanya dilelela dia mifundu (dilongesha), anyi didifila kudi Mukelenge?

 Malu aa onso abidi adi ne mushinga munene, Kakuena mushindu wa kutapulula  bumue kubukuabu nansha. Buonso buau adi ne dikuatshisha!

 Dimanya dilelela dia mifundu, bikaladi kadiyi ne didifila dia kudi Mukelenge, didi  bu squelette (mifuba) wa muntu udi kai ne misunyi. Muntudi kayi misunya udi mufue. Kudifila biaku kudiMukelenge, kakuyi ne  dimanya dia mifundu anyi dilongesha, kudi bu misunyi idi kayiyi ne squelette (mifuba mituangasha ya mubidi). Muntu kena mua kumana kulu, bikalaye kayi ne mifuba nansha!

 

 

[1] Bu muakaladika Yehowa  Nzambi Adama tulu bua kufuka Eva, tulu etu tua Adama tudi mundidimbi wa lufu lua  Mukelenge Yesu Kilisto bua Ekelesia kulupuka.

[2] Abalahama udi tshinfuanyikishi tshia Nzambi Tatu ; Isaka (ku didifila diandi bu mulambu) udi tshinfuanyi tshia Mukelenge Yesu ; Muena mudimu wa Abalahama udi tshinfuanyi tshia Nyuma muimpe udi ukebela Muana wa Mukelenge wende Mukashi. Anu mu shap. udibu bafila Isaaka bu mulambu, ke mudibu bakula bua kuledibua kua Lebeka (Gen. 22 : 9, 10, 23). 

[3] Le silence est requis pour les sœurs dans les assemblées selon 1 Cor. 14, 34.


 [81]Question supplémentaire

 [82]Questions suppl.